VICTOR ET ELA ONT SURVÉCU À LA SHOAH MAIS N’ARRIVE PLUS A SURVIVRE EN ISRAËL

VICTOR ET ELA ONT SURVÉCU À LA SHOAH MAIS N’ARRIVE PLUS A SURVIVRE EN ISRAËL: VICTOR A SURVÉCU AUX HORREURS QUAND IL A QUITTER LA BÉLARUSSIE À PIED AVEC SA MÈRE ET SA SOEUR. IL VIT EN ISRAEL AVEC SA FEMME ELA DEPUIS 30 ANS. LES DEUX ONT TOUJOURS TRAVAILLÉ TRES DUR POUR SURVIVRE, MAIS APRÈS QU’ELA A ÉTÉ DIAGNOSTIC D’UN CANCER ILS SE SONT RETROUVER AVEC DES GRANDES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES. «NOTRE MAISON EST VIEILLE, NOUS NE POUVONS PAS NOUS PERMETTRE DE LA RÉPARER», ONT-ILS ADMIS EN DOULEUR. AIDEZ-NOUS: UN PROJET SPÉCIAL AVANT LA JOURNÉE INTERNATIONALE DU SOUVENIR DE LA SHOAH.

Les murs de l’appartement de Victor et Ela Orhai sont pleins de moisissure et d’humidité qui se sont accumulées au fil des ans. Dans leur chambre, la peinture se décolle et le contenu modeste est rangé dans un petit placard en plastique. «Nous ne pouvons pas nous permettre de le réparer», dit Ella avec douleur, «c’est une vieille maison, nous respirons la moisissure et la moisissure.»

Victor, 81 ans, un survivant de la Shoah, est né en Belarussie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a fui les Allemands avec sa mère et sa sœur jusqu’à ce qu’ils atteignent le nord de la Russie. «Pendant des mois, nous nous sommes enfuis à pied, ma mère a fait tout ce qu’elle pouvait pour nous garder en vie», dit-il.

Environ 30 ans se sont écoulés depuis que Victor a immigré en Israël avec sa femme Ella (74 ans) et leurs deux filles. Ils ont déménagé à Beit Shemesh avec de nombreux rêves et un grand espoir d’une vie meilleure. «Nous sommes tous les deux musiciens», dit Ella avec un sourire. «Mais quand nous sommes arrivés en Israël, j’ai commencé à travailler comme esthéticienne et Victor comme accordeur de piano.» Tout au long de leur vie, le couple a travaillé dur pour subvenir aux besoins de leur famille, mais n’avait aucune idée que dans la vieillesse, ils se retrouveraient dans une lutte économique permanente.

Victor and Ela

Victor et Ela Orhai dans leur appartement. “Nous n’aimons pas dire que nous luttons” (Photo: Alex Kolomoisky)

IL Y A ENVIRON DEUX ANS UNE TUMEUR CANCÉREUSE PANCRÉATIQUE A ÉTÉ DÉCOUVERTE CHEZ ELA.
Depuis, elle se bat pour sa vie, suit des traitements de chimiothérapie et aspire à un médicament qui peut la sauver. Mais ce couple n’a pas les moyens d’acheter les traitements qui pourraient lui faciliter la vie.

«Il existe un médicament qui m’aide beaucoup en cas de nausées mais je n’y ai pas droit. Une capsule coûte 250 NIS et j’en ai besoin d’environ deux par mois. C’est 500 NIS par mois et nous n’avons pas cet argent », dit-elle, ajoutant:« Il existe également un traitement chimique destiné à la tumeur elle-même. «Il n’est pas dans le panier de médicaments et il est plus fort et plus efficace que ce qu’il y a dans le panier. Jusqu’à présent, j’ai essayé trois types [de traitements]. Ce traitement coûte 5 000 NIS par mois et nous ne pouvons pas le payer. C’est tout l’argent dont nous vivons en un mois entier. Nous vivons d’allocations et cet argent sert, entre autres, au paiement de la nourriture, des factures et des taxis au traitement. À la fin du mois, il ne reste plus assez de médicaments. »

Heureusement pour le couple Orhai, ils ont deux filles qui les aident autant qu’ils le peuvent. L’une vit au Canada et l’autre s’occupe d’eux pendant son temps libre. «Nous n’aimons pas dire que nous luttons, mais nous voudrions être dans un meilleur état», souligne Ela, «c’est un petit pays, difficile à diviser et à aider tout le monde. Mais je suis désolé de savoir que beaucoup d’argent va à des gens qui ne font rien pour le pays. Aucun n’est laissé pour la santé, l’éducation et d’autres questions sociales ».

LE CAS DE VICTOR ET ELLA N’EST PAS LE SEUL.
Comme eux, de nombreux autres survivants de la Shoah vivent dans la pauvreté et sont négligés. Certains vivent dans des maisons indignes d’un être humain, certains n’ont pas les moyens de se payer des choses de base comme la nourriture et les médicaments et certains sont contraints de passer leurs dernières années dans une solitude abyssale. Beaucoup d’entre eux ne connaissent pas et ne reconnaissent pas leurs droits et ne demandent donc pas à les recevoir.

Le mois dernier, il a été révélé à Ynet et Yedioth Ahronoth que des dizaines de millions de shekels par an, censés atteindre les survivants de l’Holocauste, restaient en fait dans les coffres de l’État et ne leur étaient pas transférés. Même maintenant, après la révélation, les responsables gouvernementaux affirment qu’aucun progrès n’a été réalisé sur la question avec le ministère des Finances et que les fonds ne sont toujours pas transférés aux survivants.

Dans les semaines à venir avant la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste, qui sera célébrée à la fin du mois, nous continuerons de montrer leurs visages, de faire entendre leur voix et de crier le cri des survivants de l’Holocauste qui vivent en Israël et méritent une vie meilleure. .

FAITES UN DON ET SAUVEZ VICTOR ET ELA ORHAI:
VISITEZ LE SITE WEB DE CHASDEI NAOMI OU APPELEZ-NOUS: + 972-3-6777777

SHARE!

Share on whatsapp
Share on facebook
Share on email
Share on twitter
Share on linkedin
Share on print

Commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *